Objectif non tenu

3ème mois de ma nouvelle vie : objectif non tenu

Le mois dernier je vous parlais du défi dans lequel je me lançais : publier un article tous les jours pendant 1 mois (lire l’article du mois dernier). Au moment où je me suis engagée dans ce défi, j’étais enthousiaste, motivée plus que jamais ! J’aimais l’idée de sortir de ma zone de confort. Et pourtant… 8 jours après le début du défi, je jetais l’éponge. Je pourrais vous dire qu’il était trop ambitieux, que ce n’était pas le bon moment, que j’avais d’excellentes raisons d’arrêter. Peu importe. Ce que je voulais vous partager aujourd’hui, c’est ce qui s’est passé au moment où j’ai pris cette décision d’arrêter le défi. Et peut-être que cela vous paraîtra familier…

C’est décidé, j’arrête

Nous sommes lundi après-midi, et le stress commence à monter.
Cela fait déjà une semaine que j’écris un article par jour, et je n’arrive toujours pas à prendre de l’avance. J’ai tenté de nouvelles choses pour créer du contenu plus rapidement : faire des animations vidéo ou encore écrire mes articles en “batch” (c’est-à-dire en lot : je commence par écrire 3 brouillons d’articles, ensuite je les peaufine, je crée les 3 visuels et je prépare la publication. L’idée est donc de réaliser chaque action nécessaire à la publication d’un article pour les 3 articles successivement).
Mais rien n’y fait, je ne suis pas assez rapide. La semaine de vacances que nous avions prévu en famille approche à grand pas.
Et puisque je n’arrive pas à prendre de l’avance, je vais devoir écrire pendant nos vacances…

Ou alors, je peux décider d’arrêter…

… oui je pourrais arrêter…

… bon, c’est décidé, j’arrête.

Tempête intérieure

Pour tout vous dire, tout de suite après avoir pris cette décision, je me suis sentie hyper légère, tellement soulagée ! Mais cela n’a duré qu’une nano seconde.
Juste après, une vrai tempête intérieure s’est déclenchée, et laissez-moi vous dire que c’était loin d’être agréable ! Ce qui se passait en moi ? Doutes et peur, colère aussi. Tout cela à la fois. Ma petite voix intérieure s’en donnait à cœur joie :
“Si je ne suis pas capable de tenir cet objectif sur un mois, quid des objectifs plus importants ? Et notamment, celui de vivre de mon activité de coaching ? Comme je n’ai pas réussi mon défi, je ne réussirai pas ma reconversion professionnelle. Je ne suis pas assez persévérante, pas assez impliquée. Bref, je n’y arriverai pas. Peut-être vaut-il mieux laisser tomber dès maintenant.”

Vous imaginez le malaise dans lequel j’étais après ce monologue intérieur des plus démotivant. Et je ne vous parle pas de l’impact sur la confiance en moi !

Dialogue intérieur

Pour sortir de ce malaise et me sentir mieux, j’ai appliqué les conseils de mon article “comment faire de votre voix intérieure votre alliée” : challenger ses propos.
Voici ce que cela a donné en substance pour moi :
” – Est-ce que le fait de ne pas réussir le défi implique vraiment que je ne réussirai pas ma reconversion ?
Non pas vraiment, le défi c’est une chose, ma reconversion s’en est une autre. J’ai pris la décision de faire le défi rapidement, sans prendre le temps de vérifier que j’aurais le temps nécessaire à y consacrer. La décision de quitter mon job et de développer mon activité de coach a été beaucoup plus réfléchie, cela s’est fait sur plusieurs mois.
Et quid de la persévérance et de l’implication ? Je n’ai jamais été persévérante ? Jamais été impliquée ?
– Si je l’ai déjà été, pour les projets qui me tenaient à cœur. Je sais être persévérante et impliquée. “

Ce dialogue intérieur m’a permis de me sentir plus apaisée, rassurée aussi par rapport à mon projet de reconversion professionnelle. J’ai aussi pu prendre du recul par rapport à la situation.
Pour autant, si je voulais que cette expérience ne se reproduise plus, il me fallait en tirer une leçon et modifier mon comportement.

Et maintenant, je fais quoi ?

En prenant du recul, j’ai pu repenser à la situation de manière plus “froide”. Ok je sais être persévérante et impliquée, il n’empêche que ce n’est pas la première fois que je m’engage dans un projet que j’abandonne en cours de route. Comment faire pour éviter que cela ne se reproduise à nouveau ?
La solution que j’ai retenue : prendre le temps de bien vérifier ce que cela implique avant de dire “oui” à un nouveau défi ou projet. Combien de temps devrais-je y consacrer ? Qu’est-ce que je devrais sacrifier pour tenir le défi ou réaliser le projet ? Est-ce que cela en vaut vraiment la peine ? Et seulement après avoir passé en revue ces questions, décider de la réponse à donner.

J’ai déjà testé ce nouveau “process” à l’occasion d’un défi “Miracle Morning” que l’on m’a proposé dernièrement. Le concept ? Se lever 1h plus tôt le matin pour prendre du temps pour soi : méditer, faire un peu d’exercice physique, lire,  écrire (cliquez ici en savoir plus sur le Miracle Morning). L’idée me plaît bien ! Mais, si je veux me réveiller une heure plus tôt en forme, il va falloir que je me couche une heure plus tôt. Déjà que mon mari et moi avons peu de temps ensemble après avoir couché bébé, je ne suis pas prête à sacrifier une heure de notre soirée. Je passe mon tour pour ce défi !

Et vous ? Ressentez-vous le même malaise lorsque vous n’atteignez un objectif ? Arrivez-vous à dépasser ce sentiment pour en faire une expérience utile pour vous ?

Pour partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réflexions sur « 3ème mois de ma nouvelle vie : objectif non tenu »

  1. Charlotte

    Coucou Samia, très bel article qui explique bien les ressenties internes quand on décide de se retirer d’un projet ou un sujet ou un défi en cours de route … je pense que ces émotions sont physiologiques car on s’est engagé, après on revient sur nos pas , que vont penser les autres ? Je répondre au l’art de s’en foutre ce que les autres pensons . Ta décision , ton choix 🙂
    En tout cas je te remercie de m’avoir pousser à le faire ce défi ! Si tu te rappelles ma réfraction au départ, je ne me sentais pas capable de tenir la cadence avec mes sujets en cours, alors j’ai décider de produire ce qui serait plus simple, et grâce à Caro et toi , mon cerveau 🧠 a fusionner et je me suis dit , je pars sur des infographies simples et on verra ce que ça donne … en tout cas on peut retirer de belles leçons de ce défi réalisé ou non réalisé 😉 . Bises

    1. Samia

      Merci Charlotte pour ton commentaire 😁
      J’ai trouvé que tu avais eu une super idée de partir sur des infographies. Et surtout de trouver une façon dont tu pouvais réaliser le défi tout en faisant en sorte que ce soit “tenable” pour toi. Bravo d’avoir été jusqu’au bout 👏👏👏

  2. carole COLINEAU

    j’adore ton article Samia!
    Ce que je retiens c’est que : plutôt que mettre le focus sur : je ne suis pas,
    tu as transformé sur : JE SUIS
    et j’entends: Je suis capable de : m’écouter, de lâcher prise, rester connecter à mes besoins fondamentaux, accepter de dire non à ce challenge,
    rester à l’écoute de mon ressenti etc..

    Qui, pour moi sont des qualités, d’humilité, d’adaptabilité, d’intelligence, d’ouverture d’esprit, de tolérance, de présence à soi.

    En bref, Plutôt des sacrés qualités de coach! 😉

    1. Samia Dupont Auteur de l’article

      Merci pour ton commentaire Carole 🙏🙏🙏
      Ce qui n’est pas évident aussi c’est que j’aime être le type de personne qui sort de sa zone de confort, fait des challenges, etc.
      Tout l’enjeu est donc de garder l’équilibre, et comme tu le dis, d’apprendre à lâcher prise et à s’écouter. Tout un programme 😉

Laisser un commentaire