trouver sa voie professionnelle

9 conseils pour trouver sa voie professionnelle

Comment trouver la voie professionnelle qui vous corresponde vraiment ? Celle qui vous permettra de vous épanouir au travail (si si, c’est possible !). Je vous partage dans cet article mes 9 conseils pour trouver votre voie professionnelle.

1. Développer le bon état d’esprit

Le bon état d’esprit, c’est celui qui vous mettra dans de bonnes conditions pour trouver votre voie professionnelle. Le monde dans lequel nous vivons évolue rapidement. Vous aurez certainement, si ne n’est pas déjà le cas, plusieurs “vies professionnelles” différentes. Si le changement peut faire peur, il est important de pouvoir dépasser cette peur pour évoluer (vous pouvez lire mon article à ce sujet).
Vous ne trouvez plus de sens dans ce que vous faites au quotidien ? Sachez que ce n’est pas une fatalité, et qu’il est possible de trouver le job qui vous fera vibrer !

2. Explorer vos centres d’intérêt

Si vous cherchez à changer de métier, votre réflexe sera peut-être de regarder en premier les secteurs qui recrutent ou encore les métiers en tension. L’idée étant de vous assurer le plus possible des possibilités d’embauche. Le problème, c’est que cela ne garantit en rien que vous y serez heureux·se et épanoui·e.
Ce que je vous propose plutôt, c’est de commencer par explorer vos centres d’intérêt pour trouver votre voie professionnelle idéale. Pour ce faire, posez-vous les questions suivantes : 
Que faites-vous pendant votre temps libre ? Quels sont vos hobbies ? Sur quels sujets aimez-vous lire ? Sur quoi portent les podcasts que vous écoutez ? Les vidéo Youtube que vous regardez ? Quelles activités vous donnent de l’énergie ?

Pour tout ce que vous avez identifié, y’a-t-il des points communs ? Existe t-il des métiers qui vous permettraient de passer le plus de temps possible sur les activités que vous avez identifiées ?

L’important à ce stade, c’est d’être ouvert, et d’éviter l’auto-censure.

3. Identifier vos moments de flow

Le flow est “un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité et qu’elle se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement. Fondamentalement, le flow se caractérise par l’absorption totale d’une personne par son occupation” (définition tirée de Wikipedia).
Quelles sont les activités qui vous mettent en état de flow ? C’est peut-être la couture, le bricolage, la cuisine, la lecture, l’écriture, les jeux vidéos …
Si rien ne vous vient, là comme ça spontanément, vous pouvez prendre le temps de vous observer sur quelques jours ou semaines, et de noter les moments de flow que vous vivez.

Identifier vos moments de flow peut vous donner des pistes de domaines d’activité à explorer pour trouver votre voie professionnelle.

4. Trouver vos talents

Un talent, c’est tout ce que vous faites de bien, naturellement et sans effort. Ce n’est pas évident de les identifier parce que justement, pour vous, c’est tellement simple qu’il ne peut pas s’agir d’un talent. Pourtant, c’est une vrai mine d’or. Pour identifier vos talents, vous pouvez vous demander ce pour quoi les autres vous sollicitent en général. Vous pouvez aussi demander à votre entourage ce pour quoi, selon eux, vous êtes doués.

Une fois vos talents identifiés, vous pouvez vous demander dans quels types de métiers ces talents sont des compétences indispensables.

Par exemple, si vous êtes particulièrement doué pour nouer des contacts, les métiers qui nécessitent un bon relationnel pourraient vous correspondre.

5. Retour sur ce que vous vouliez faire plus jeune

Dans un monde sans contrainte, quand j’avais 17 ans, j’aurais choisi de m’orienter vers des études de psychologie ou de sociologie. J’adorais, déjà à l’époque, comprendre pourquoi les gens font ce qu’ils font. Mais voilà, la psycho “c’est bouché” et pour la socio, “le seul débouché est de devenir prof” – avec le salaire qui va avec. Or pour moi, il était important de m’orienter vers une filière qui mène vers un job bien rémunéré à la sortie. Le choix de la raison, c’était donc pour moi des études en gestion.

Et pour vous ? Quelles études vouliez-vous faire plus jeunes et que vous n’avez pas faites parce : “il n’y a pas d’emplois à la sortie”, “tu n’auras jamais le niveau”,  “c’est une filière “bouchée””, etc… ? C’est une bonne indication de ce dans quoi vous pourriez vous épanouir aujourd’hui.

6. Autorisez-vous à rêver votre vie professionnelle

Dans vos rêves les plus fous, quelle·s activité·s feriez-vous ? Coupez le son de cette petite voix qui vous dit que c’est trop dur, pas possible, pas pour vous… et laissez-vous rêver ! Voici quelques questions complémentaires qui peuvent vous aider à dépasser les mécanismes d’auto-censure :
Si vous aviez toute une journée rien qu’à vous, sans contrainte d’aucune sorte, que feriez-vous ? Et si vous n’aviez plus besoin de travailler, comment occuperiez-vous votre temps ?

7. Interroger des personnes travaillant dans les domaines qui vous intéressent

Une fois que vous avez une idée, même vague, des secteurs ou des activités qui vous intéressent, partez à la rencontre des personnes qui travaillent dans ces domaines. Vous pouvez solliciter votre réseau pour trouver ces personnes, ou linkedin, ou encore faire une recherche sur votre moteur de recherche favori et voir les contacts qui ressortent. N’hésitez pas à contacter des personnes même si vous ne les connaissez pas. Sachez que les gens, en général, aiment parler d’eux! Et s’ils aiment leur job, il y a de grandes chances qu’ils acceptent de vous en parler. Et puis si ce n’est pas le cas, rien de grave à essuyer un refus !
Une fois trouvés, demandez à ces professionnels à quoi ressemble leur quotidien.
Quelles sont les difficultés qu’ils rencontrent ?
Quels sont, selon eux, les qualités indispensables pour réussir dans ce domaine ?
Comment se porte le marché de l’emploi dans ce domaine en particulier ?
Quelles formations faudrait-il faire ?

Etc…

C’est une étape à ne pas négliger, elle permet de vous faire une idée précise de la réalité du terrain et d’éliminer tout fantasme.

8. Tester le métier qui vous intéresse

“Découvrir un métier sans s’engager”, c’est la promesse de Test mon job qui organise pour vous une période en immersion avec un professionnel. Les durées d’immersion proposées varient d’une demi-journée à 5 jours, pour un coût de 20€ à 250€/jour en fonction des métiers. Et il y en a dans tous les domaines !

Il existe également un dispositif prévu par la loi et mobilisable sous condition, il s’agit de la Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel (PMSMP). Ce dispositif s’adresse aux demandeurs d’emploi, aux adhérents à un Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP), aux jeunes suivis dans le cadre d’un CIVIS ou de la Garantie jeunes, aux allocataires du RSA et aux salariés en contrat aidé. Vous pouvez en savoir plus sur le site de Pôle emploi.

Ou alors plus simplement, vous pouvez demander aux personnes que vous avez rencontré dans votre phase d’enquête si elles accepteraient de vous accueillir pour une journée d’observation par exemple. Certains artisans organisent également des stages pour les amateurs, cela peut aussi être un bon moment de tester une activité.

9. Prendre votre temps pour trouver votre voie

En appliquant les conseils proposés plus haut, vous allez semer des petites graines dans votre esprit. Certaines vont germer pour donner de magnifiques fleurs colorées et odorantes, d’autres ne donneront rien. De petites graines à fleurs, il faudra du temps pour que cette transformation se fasse. Même si vous pourriez avoir envie d’aller plus vite, il est important de bien prendre le temps de réfléchir à ce que sera votre nouvelle voie professionnelle. Prendre le temps également de construire votre plan d’action, en identifiant bien les risques que vous prenez et la façon dont vous pouvez les limiter.

Vous l’aurez compris en lisant cet article, ce qui est essentiel lorsque vous cherchez à trouver votre voie professionnelle, c’est d’explorer ce qui vous fait vibrer en priorité. Et pour confirmer ou adapter votre projet, la rencontre avec des professionnels du domaine concerné est indispensable. Enfin, soyez patient·e et prenez le temps, cela vaut vraiment le coup !

Pour partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire